Avis de recrutement : Consultant - Etude sur les stratégies de prévention et de lutte contre l’extrémisme

Temps complet
A negocier
LocalisationLocalisation :Maroua-region-extreme_nord-cameroun Date de publication sur minajobs EmploisDate de publication :06/12/2018   Catégorie : Temps complet Salaire : A negocier
© www.MinaJobs.Net Cameroun

UNFPA – Assurer les droits et choix tous
______________________________________________________________________________________________________________________
91 Rue 1957- Rond-point Bastos – Boîte Postale 836 - Yaoundé/Cameroun
Tél : (237) 22.21.98.63/64 - Fax : (237) 22.21.98.62
http://cameroon.unfpa.org
Vacance de poste n° CMR/2018-11
Date de clôture : Dix (10) jours après publication
UNFPA, l'Agence des Nations Unies pour la santé et les droits en matière de reproduction
Titre du poste : Consultant pour l’étude sur les stratégies de prévention et de lutte contre l’extrémisme violent ciblant les jeunes et les femmes à l’Extrême-Nord
Type de Contrat : Individual Consultant
Lieu de travail : Maroua
Durée : 1 mois

Date de début: 20 décembre 2018
Contexte d’organisation
Influencée par la dynamique conflictogène autour du Bassin de Lac Tchad, la région de l’Extrême-Nord du Cameroun fait face à une crise sécuritaire qui affecte la vie des populations locales au premier rang desquelles les jeunes et les femmes. Avec une population estimée à 4.5 millions d’habitants, l’Extrême-Nord représente 18% de la population du Cameroun. A l’image du pays, cette population est essentiellement jeune (les 10-24 ans représentent environ 35% de cette population). Les femmes quant à elles représentent plus de la moitié de cette population soit 50,23% de la population de la région.
La crise sécuritaire a provoqué depuis 2014 un mouvement important des populations dans la région, avec un accent dans les trois départements frontaliers que sont le Logone-et-Chari, le Mayo-Sava et le Mayo-Tsanaga. L’OIM estime la population déplacée à 359 222 individus : soit 227 581 personnes déplacées internes (PDI), 39 403 réfugiés hors camp et 92 238 retournés. 1 66% de ces populations déplacées a moins de 18 ans et 49% sont des femmes.
Cette situation sécuritaire préoccupante est venue trouver un terreau fertile à l’expansion de l’extrémisme violent impliquant les jeunes et les femmes principalement comme des victimes, mais aussi comme des acteurs directs ou indirects. En effet, les indicateurs de développement sont assez préoccupants dans la région. Alors que le taux de pauvreté au niveau national a globalement diminué de 39.9% en 2007 à 37.5% en 2014 le pourcentage de personnes vivant sous le seuil de pauvreté à l’Extrême Nord a augmenté, passant de 65,9% à 74.3% au cours de la même période. En matière d’éducation notamment chez les jeunes (15-24 ans), seuls 32% des filles et 64% savent lire et écrire. Ce contexte renforce la vulnérabilité des jeunes à l’enrôlement dans les bandes armées. Les résultats d’une recherche-action du réseau Service Civil pour la Paix au Cameroun (2015) sur l’enrôlement des jeunes dans les groupes armés au Cameroun, nous révèlent que 15% des répondants (15-35 ans) de l’Extrême-Nord avouent avoir été approchés par un membre de groupe armé. La plupart des jeunes approchés ont moins de 25 ans. La vulnérabilité de la jeune fille est renforcée par des nombreuses pesanteurs qui affectent sa capacité à prendre des décisions éclairées. En comparant la situation des jeunes femmes de l’Extrême Nord et celle du reste du pays, il s’avère que 58% sont mariées avant 18 ans (36% au Cameroun), 33% sont enceintes avant 18 ans (27% au Cameroun), 32% sont alphabétisées (68% au Cameroun), et 24% ont été forcées d’avoir leur première rapport sexuel (20% au Cameroun).
Face à tout ce qui précède, le gouvernement, les organisations internationales y compris le Système des Nations Unies et les organisations de la société civile ont mis sur pied des nombreuses stratégies visant à renforcer la résilience des populations pour faire face à la crise. Nombreuses de ces interventions ciblant les jeunes et les femmes adressent spécifiquement la problématique de la prévention de l’extrémisme violent visant à contrer le basculement de ces groupes particulièrement affectées. D’un acteur à un autre, il est relevé souvent pour les mêmes cibles, des mêmes stratégies tournant autour de la sensibilisation des populations à travers divers mécanismes, l’accompagnement psychosocial des plus vulnérables, l’offre des opportunités économiques etc. Toutefois, il reste difficile d’avoir une bonne visibilité sur ces différentes interventions, surtout d’apprécier leur efficacité en l’absence d’une coordination réelle, d’une analyse situationnelle conséquente et d’une consultation approfondie des groupes cibles sur les besoins. C’est dans ce contexte qu’est engagée la présente étude en vue de mieux cerner les contours de l’extrémisme violent dans une optique de solutions pérennes.

Objectifs de l’étude :
a. Objectif général :
De manière générale, la présente étude vise à évaluer la réponse actuelle en matière de prévention de l’extrémisme violent à l’Extrême-Nord à partir d’une analyse approfondie du problème afin de proposer des stratégies appropriées pour une réponse durable.

b. Objectifs spécifiques :
Spécifiquement, il s’agira de:
- Faire une analyse substantielle incluant la perspective sous régionale, de la problématique de l’extrémisme violent impliquant les jeunes et les femmes dans la région de l’Extrême-Nord
UNFPA – Assurer les droits et choix tous
______________________________________________________________________________________________________________________
91 Rue 1957- Rond-point Bastos – Boîte Postale 836 - Yaoundé/Cameroun
Tél : (237) 22.21.98.63/64 - Fax : (237) 22.21.98.62
http://cameroon.unfpa.org
- Faire le mapping des initiatives existantes en matière de prévention de l’extrémisme violent dans la région
- Analyser la pertinence et l’efficacité des stratégies développées par rapport aux problèmes identifiés incluant une démarche comparative avec les pays du BLT
- Identifier les contraintes contextuelles, structurelles ou factuelles pouvant constituer des goulots d’étranglement dans une démarche de réponse adaptée
- Proposer des stratégies globales et cohérentes pour aider les acteurs à répondre de façon durable à l’extrémisme violent.

Résultats attendus
- Les contours et enjeux du phénomène de l’extrémisme violent et son impact sur les jeunes, les femmes et la communauté sont mieux cernés
- Une analyse croisée et comparative permettant d’apprécier l’efficacité des stratégies de prévention est faite et les données disponibles
- Des axes stratégiques permettant une réponse durable contre l’extrémisme violent à partir des analyses pertinentes sont proposés.

Livrables :
Un rapport de consultation intégrant :
- Un descriptif des facteurs qui soutendent l’émergence de l’extrémisme violent et sa tendance à l’expansion dans la région, voire au-delà
- Un Mapping des initiatives sur la prévention de l’extrémisme violent
- Une analyse FFOM des stratégies existantes
- Des orientations stratégiques pour une réponse à long terme

Méthodologie
La démarche méthodologique devra être formulée autour des livrables susvisés. L’approche proposée devra être validée par UNFPA avant le début des opérations de collecte.

Profil recherché :
- Etre titulaire d’un Master (Bacc+5) en sciences sociales, sciences juridiques ou tout autre domaine similaire
- Justifier d’une solide expérience professionnelle en matière de recherche avec un accent sur les questions de paix et sécurité d’une part, et l’évaluation des projets/programmes d’autre part
- Démontrer une bonne capacité d’analyse
- Avoir la maîtrise d’au moins une des deux langues officielles du Cameroun (Français/anglais) et la capacité de travailler dans l’autre
- Une bonne connaissance et compréhension de la crise sécuritaire autour du bassin du Lac Tchad serait un atout

Dossiers de candidature
Les dossiers de candidature (en français ou en anglais) doivent porter le titre du poste et être envoyés par mail au plus tard dix (10) jours après la date de publication. Ils doivent être complets et contenir une lettre de motivation, un curriculum vitae, les photocopies des diplômes et certificats ainsi que le formulaire P11 des Nations Unies. Lesdits dossiers doivent être envoyés en une seule pièce jointe (format PDF uniquement).
À l’attention de : cameroon.office@unfpa.org
Le formulaire P11 peut être téléchargé à partir du lien : http://www.unfpa.org/resources/p11-un-personal-history-form

NB:
1. UNFPA est un organisme qui promeut activement l’égalité des chances et entre les sexes
2. Seuls les candidats présélectionnés seront contactés ;
3. Il n’y a pas de droits à acquitter, que ce soit au moment du dépôt de candidature ou après.
4. En matière de recrutement l’UNFPA ne fait pas de discrimination par rapport au statut sérologique VIH/SIDA des candidats

| (c) http://minajobs.net
À l’attention de : cameroon.office@unfpa.org

Alertes SMS / WhatsApp | Modèles Gratuits : CVs et Lettres | CV Premium | FAQs | Forums Emplois |



Envie de vite décrocher un emploi ? Donnez une touche professionnelle à votre CV
Confiez la Réécriture de votre CV à MinaJobs et démarquez vous des autres  – Cliquez ICI

Gagner Argent en ligne au Cameroun avec 1xbet paris sportifs, casino
Réagissez en laissant un message en commentaire dans le formulaire de discussion ci dessous.