Avis de recrutement : A l’intention des demandeurs de financements pour des projets de coentreprise au Cameroun

Temps complet
A negocier
LocalisationLocalisation :yaounde-region-centre-cameroun Date de publication sur minajobs EmploisDate de publication :26/10/2021   Catégorie : Temps complet Salaire : A negocier
© www.MinaJobs.Net Cameroun

REPUBLIQUE DU CAMEROUN

PAIX – TRAVAIL – PATRIE

---------------

MINISTERE DE LA JEUNESSE

ET DE L’EDUCATION CIVIQUE

----------------

SECRETARIAT GENERAL

----------------

DIRECTION DE LA PROMOTION ECONOMIQUE

DES JEUNES

----------------

PROGRAMME D’AIDE AU RETOUR ET A

L’INSERTION DES JEUNES DE LA DIASPORA

(PARI-JEDI)

REPUBLIC OF CAMEROON

PEACE –WORK – FATHERLAND

 

SUPPORT PROGRAM FOR THE RETURN AND

INTEGRATION OF YOUTHS FROM THE DIASPORA

(PAR-JEDI)

www.parijedi.org

parijedi.cm@gmail.com Tel : (237) 222 20 47 22

Administration contractante

Ministère de la Jeunesse et de l’Education Civique - MINJEC

Sous-programme : « Diaspora And Local Youth

Joint-venture – (DIALYJ) »

Lignes directrices

à l’intention des demandeurs de financements

pour des projets de coentreprise au Cameroun.

Référence : n° DIALYJ/1/MINJEC/CMR

Date limite de soumission de la note conceptuelle

22/11/2021 à 23h59 GMT

Programme d’Aide au Retour et à

l’Insertion des Jeunes de la Diaspora

(PARI-JEDI

TABLES DES MATIÈRES

AVERTISSEMENT .............................................................................................................................. 3

1. PRÉSENTATION DU PROGRAMME......................................................................................... 4

1.1 Contexte ..................................................................................................................................................... 4

1.2 Objectifs et priorités du Sous-programme................................................................................................... 7

1.2.1 Objectif général................................................................................................................................................................... 7

1.2.2 Objectifs spécifiques ........................................................................................................................................................... 7

1.2.3 Priorités .............................................................................................................................................................................. 7

1.3 Montant de l’enveloppe financière mise à disposition par l’administration contractante ........................... 13

2. REGLES APPLICABLES AU PRESENT APPEL A PROPOSITION............................................ 13

2.1 Critères d’éligibilité .................................................................................................................................. 13

2.1.1 Eligibilité des acteurs......................................................................................................................................................... 13

2.1.2 Eligibilité des actions......................................................................................................................................................... 14

2.1.3 Eligibilité des coûts ........................................................................................................................................................... 14

2.1.4 Les dépenses non éligibles................................................................................................................................................. 15

2.1.5 les projets non éligibles ..................................................................................................................................................... 15

2.2 Coûts ....................................................................................................................................................... 15

2.3 Temps nécessaire pour la réalisation du projet......................................................................................... 15

2.4 Critères particuliers à prendre en compte ................................................................................................. 15

2.5 Formulaire de demande ........................................................................................................................... 16

2.6 Procédure de soumission de la demande.................................................................................................. 16

2.7 Autres renseignements sur les demandes ................................................................................................. 16

2.8 Critères d’évaluation des candidatures ..................................................................................................... 17

2.9 Calendrier de l’appel à proposition........................................................................................................... 17

AVERTISSEMENT

Il s'agit d’un appel à propositions retreint. Seul la « concept note » ou note conceptuelle ou encore note succincte

est à remettre pour cette première phase. Seules les notes succinctes sélectionnées pourront par la suite dans un

délai d’un mois, présenter les demandes complètes des demandeurs chefs de file présélectionnés pour évaluation.

Après l’évaluation des demandes complètes, l’éligibilité des demandeurs provisoirement sélectionnés sera vérifiée

sur la base des pièces justificatives demandées par l’administration contractante et de la « déclaration du

demandeur chef de file » signée, envoyée en même temps que la demande complète.

1. PRÉSENTATION DU PROGRAMME

1.1 Contexte

L’Union africaine a défini la diaspora comme « des personnes d’origine africaine

vivant en dehors du continent, quel que soit leur citoyenneté et leur nationalité et qui souhaitent

contribuer au développement du continent et à la construction de l’Union africaine »1. Cette

définition de la diaspora africaine par l’Union africaine inclus la population qui résulte

d'une part de la déportation de personnes d'Afrique subsaharienne à l'époque des

traites négrières et arabes, de leurs descendants à travers le monde, et du phénomène

d'émigration d'autre part. Sur la base de cette définition, et des recherches sur les

migrations de par le monde, le Cameroun dispose d’une importante diaspora.

Parmi ces populations nées et/ou résidentes hors du Cameroun, certains

entretiennent des liens, de nature socioculturelle, économique, politique, avec leur

pays d’origine. Il est de plus en plus observé selon les origines géographiques, les

profils socio-économiques des diasporas ou encore leur ancienneté d’installation hors

du Cameroun, que ces derniers cultivent de plus en plus, une capacité de double

présence, aussi bien dans le pays d’origine que dans le pays d’accueil. Cela se

concrétise par d’importants transferts financiers qui jouent un rôle très significatif

dans la réduction de la pauvreté au Cameroun. Les jeunes de la diaspora

camerounaise en particulier sont au cœur de la préoccupation du gouvernement

camerounais. Ils sont nombreux, les jeunes talents d’origine camerounaise dans le

monde qui doivent contribuer à l’émergence du Cameroun à l’horizon 2035. Jusqu’ici,

la création d’entreprises et l’investissement des jeunes de la diaspora camerounaise

restent timides et peu organisées.

Le gouvernement camerounais encourage sa jeunesse issue de la diaspora à

penser à retourner s’installer au Cameroun pour participer à son émergence en 2035.

La construction d’un Cameroun émergent, uni dans sa diversité n’est pas possible

sans des mesures concrètes qui offrent plus d’opportunités et de perspectives

d’évolution de carrière aux jeunes y compris ceux issus de la diaspora. Il faut investir

sur les jeunes de la diaspora dans une perspective internationale en tant que capital

humain clé pour le développement durable du Cameroun à travers une mobilité

fonctionnelle et géographique à encourager. Afin de tirer profit de cette diaspora

jeune, le Ministère de la Jeunesse et de l’Education Civique (MINJEC) a mis sur pied

par Décision N° 013-2017/D/MINJEC/CAB du 14 février 2017, le Programme

d’Aide au Retour et à l’Insertion des Jeunes de la Diaspora (PARI-JEDI), qui a pour

mission de mobiliser les jeunes de la diaspora en vue de leur retour et de leur

insertion socioéconomique. Le programme entend promouvoir la participation de la

diaspora au développement local tout en luttant contre l’immigration clandestine. Le

PARI-JEDI souhaite faire de la jeunesse camerounaise issue de la diaspora un moteur

du développement durable du Cameroun. À ce titre, le PARI JEDI voudrait faire des

jeunes camerounais de la diaspora, une ressource, avec ses membres qui entretiennent

toujours des liens affectifs, culturels et économiques avec leur pays natal comme le

1 UA (2012) : Sommet Mondial de la Diaspora Africaine. L’Union Africaine Vise à l’Intégration de la Diaspora dans

le Programme de Développement du Continent, disponible sur :

http://www.au.int/en/sites/default/files/Article%20for%20

publication%20on%20Global%20Diaspora%20Summit%2017.05.12_1_.pdf (viewed on 03/04/2014).

fait très bien la diaspora chinoise et indienne. La diaspora chinoise a en effet

grandement contribué au développement économique de la Chine. Le PARI-JEDI

souhaite contribuer à faire de la jeunesse camerounaise de la diaspora, un puissant

réseau économique d’entrepreneurs camerounais dans le monde, au service du

développement durable du Cameroun. Ainsi, c’est du point de vue de l’insertion à la

société camerounaise et à son dynamisme économique local qu’il convient de

positionner et de solliciter l’implication des jeunes de la diaspora camerounaise à

l’œuvre de construction nationale.

En effet, le PARI-JEDI soutient des actions spécifiques en faveur de la

création d’entreprises et de l’investissement productif des diasporas, afin de générer

des emplois pour d’autres jeunes au Cameroun. Il est donc un instrument à la fois

structurel et conjoncturel du gouvernement camerounais, pour valoriser l’expérience

et le savoir-faire acquis hors du Cameroun par les jeunes talentueux de la diaspora.

C’est un instrument que le gouvernement camerounais a adopté dans le cadre du

Processus de Rabat pour les jeunes de sa diaspora. Le déploiement du PARI-JEDI

pour trouver des solutions innovantes en faveur de la mobilisation de la jeunesse

issue de la diaspora camerounaise pour le développement durable de leur pays

d’origine, a conduit jusqu’ici à :

- Mobiliser 1 878 jeunes de la diaspora à travers les plateformes de l’ONJ et du PARIJEDI ;

- former et accompagner plus de 4 000 migrants de retour des pays de transit dans le

montage de leurs plans d’affaires grâce à l’initiative Fonds Fiduciaires Union

Européenne (FFUE)-Organisation Internationale pour les Migrations (OIM);

- financer les projets de 36 migrants de retour en situation précaire ;

- sensibiliser plus de 2 250 000 jeunes sur les conséquences de l’émigration irrégulière en

collaboration avec les Organisations de la Société Civile.

Pour ne citer que celles-ci.

Aussi, pour atteindre ses missions, le PARI-JEDI se déploie à travers quatre (04) sous

programmes :

Le Sous-programme « Diaspora And Local Youth Joint-Venture (DIALYJ) »,

donc l’objectif est de promouvoir l’entrepreneuriat des jeunes camerounais au

Cameroun en coentreprise avec leurs pairs locaux. Ce sous-programme finance la

création d’activités productives par les jeunes de la diaspora en « joint-venture » avec

leurs pairs locaux. Il permet à la jeunesse issue de la diaspora camerounaise d’investir

au Cameroun qui est le pays d’origine, depuis leurs pays d’accueils.

Le Sous-programme de Prevention des Migrations Irrégulières et Réinsertion

des Jeunes Migrants de Retour au Cameroun (PREMIS), donc l’objectif est

d’élaborer et mettre en œuvre des mécanismes, stratégies et mesures préventives, afin

de lutter contre les migrations irrégulières et faciliter la réinsertion des migrants de

retour en détresse.

Le Sous-programme « Participation des Jeunes de la Diaspora au

Développement de la Nation » (PJ2D-CAMER), consiste à donner une

opportunité aux jeunes de la diaspora, de contribuer au développement local à travers

des actions concrètes de co-développement, de transfert technologique, de transfert

de compétences et de savoir-faire.

Le Sous-programme Immobilier pour les Jeunes de la Diaspora (PIJD),

consiste à faciliter et à accompagner les projets d’investissement immobilier des

jeunes de la diaspora au Cameroun. Ceci se fera par l’intermédiation des jeunes de la

diaspora avec les opportunités locales en matière d’immobilier. Il s’agit de mobiliser

les jeunes camerounais de la diaspora désireux de réaliser leurs projets immobiliers

sur le terroir ; de proposer et orienter ces derniers vers les opportunités locales en

matière immobilière ; faciliter l’accès aux formalités administratives ; de suivre

l’implémentation de l’action engagée par le jeune de la diaspora.

Le présent appel à proposition concerne le Sous-programme « Diaspora And

Local Youth Joint-Venture (DIALYJ) ». C’est un mécanisme innovant de

promotion, d’accompagnement et financement des initiatives d’industrialisation mises

en place par les jeunes de la diaspora camerounaise dans le monde, en coentreprise

avec leurs pairs locaux au Cameroun. La logique d’intervention repose sur la

complémentarité des actions mises en œuvre, afin d’apporter une réponse

multidimensionnelle aux problèmes structurels de l’implication de la diaspora

camerounaise à l’atteinte des Objectifs du Développement Durable (ODD) et de la

Stratégie Nationale de Développement 2020-2030 (SND-30). L’initiative « DIALYJ »

voudrait à travers une approche territoriale, créer des clusters de développement

durable autour des bassins de production clairement définis. Le Sous-programme

« DIALYJ » souhaite mettre en valeur les compétences des jeunes de la diaspora

camerounaise, pour le développement durable de leur pays d’origine en coentreprise

avec leurs pairs locaux au Cameroun.

Sur la base de cette approche, le Sous-programme « DIALYJ » est mis en œuvre

principalement en gestion directe par la République du Cameroun à travers le

Ministère de la Jeunesse et de l’Education Civique. Le gouvernement camerounais va

solliciter l’appui des Bailleurs de fonds nationaux et internationaux, qui souhaitent

apporter leur contribution pour l’aider à mobiliser positivement sa jeunesse issue de la

diaspora camerounaise dans l’atteinte des Objectifs de Développement Durable et de

sa Stratégie Nationale de Développement 2020-2030 (SND 30).

Le présent appel à propositions s'inscrit dans le cadre de la gestion directe du

PARI-JEDI par la République du Cameroun. Une Unité Centrale de Gestion du

PARI-JEDI dans les normes internationales est mise en place au Ministère de la

Jeunesse et de l’Education Civique. Elle assure la maîtrise d'ouvrage déléguée du

programme (Conception des outils techniques, gestion technique du PARI-JEDI,

suivi et évaluation des sous-programmes et des projets, levée des fonds auprès des

Bailleurs, dissémination des bonnes pratiques du programme et des projets de

développement local qui en découlent) avec l'appui d'une équipe d'assistance

technique.

La mise en œuvre du Sous-programme nécessitera un effort de coordination de

toutes les parties prenantes, ayant un lien direct ou indirect avec la jeunesse

camerounaise. Différents instruments du PARI-JEDI sont mis en place pour assurer

le financement des projets entrepreneuriaux des jeunes de la diaspora et les projets de

développement ou d’extension de leurs pairs locaux au Cameroun.

1.2 Objectifs et priorités du Sous-programme

1.2.1 Objectif général

L'objectif général du présent appel à propositions est de créer un

environnement incitatif, favorable à l’expression entrepreneuriale issue d’une synergie

volontaire et inclusive entre les jeunes de la diaspora camerounaise et leurs pairs

locaux pour en faire des champions nationaux de l’industrialisation endogène

camerounaise. Il est question de soutenir le développement industriel du Cameroun

en mobilisant les jeunes camerounais de la diaspora et leurs pairs locaux dans la

création des filières et chaînes de valeur susceptibles de créer des emplois pour

d’autres jeunes.

1.2.2 Objectifs spécifiques

Le présent appel à propositions a pour objectifs spécifiques de :

• Mettre en place un dispositif pour la promotion de l’insertion économique des

jeunes issus de la diaspora camerounaise en tenant compte du genre ;

• Financer les projets de création d’entreprises des jeunes entrepreneurs de la

diaspora en joint-venture avec les jeunes entrepreneurs locaux, soit en individuel

soit en groupe de jeunes dans les domaines à fort potentiel de croissance

économique et de respect de l’environnement ;

• Reconstruire le climat de confiance entre la diaspora camerounaise et sa patrie grâce

à sa participation à l’essor économique du pays.

Les projets financés contribueront à une gestion durable des ressources

naturelles et tiendront compte de la promotion des mesures d'atténuation des effets

du changement climatique. Par ailleurs tous les bénéficiaires des financements

suivront un renforcement des capacités en Réarmement Moral, Civique et

Entrepreneurial.

 

1.2.3 Priorités

Le présent appel à propositions a pour priorités :

Priorité 1 : le développement d’activités entrepreneuriales entre les

jeunes de la diaspora camerounaise et leurs pairs locaux dans les filières

agricoles de seconde génération.

Dans le cadre de son émergence, le Cameroun mise sur l’agriculture de

seconde génération. Le gouvernement du Cameroun compte sur sa jeunesse pour

faire décoller son agriculture et en faire un moteur de son développement durable.

Les jeunes de la diaspora représentent une catégorie d’investisseurs qu’il faut attirer

dans le domaine agricole. Beaucoup d’entre eux ont travaillé ou travaillent dans le

domaine agricole dans les pays d’accueils. Ils ont eu à acquérir des connaissances dans

le domaine agricole et peuvent mobiliser des partenaires financiers ou techniques

depuis leurs pays d’accueils pour le Cameroun pays d’origine. Il est question ici de

faire appel à l’expérience de ces jeunes de la diaspora dans le domaine agricole pour

promouvoir l’agrobusiness dans le domaine de l’agriculture biologique en particulier.

Il sera financé ici des projets d’agriculture biologique couvert par un label national

concernant les jeunes camerounais pratiquant l’agriculture biologique. Les projets

financés concernent essentiellement les entreprises agricoles de production, de

transformation et de commercialisation des produits agricoles. Les projets financés

concernent aussi le commerce équitable essentiellement dans le domaine agricole.

Priorité 2 : le développement d’activités entrepreneuriales entre les

jeunes de la diaspora camerounaise et leurs pairs locaux dans la filière avicole

de production.

Les faibles performances obtenues dans la plupart des élevages résultent du

manque d’informations et de formations. L’élevage du poulet de chair demande au

préalable un savoir-faire qui ne peut pas être acquis sur le tas comme c’est le cas

actuellement. Avec la croissance démographique, l’aviculture camerounaise a besoin

de professionnels capables d’assurer une production de qualité dans le respect

scrupuleux des règles d’hygiène.

Il y a urgence de passer de l’aviculture artisanale à une aviculture industrielle.

Le savoir-faire des Camerounais de la diaspora qui travaillent dans ce domaine dans

leurs pays d’accueils ou qui ont fait des études dans le domaine est sollicité. Le

Cameroun veut développer son aviculture dans le respect des normes

environnementales et à travers un capital humain provenant de sa diaspora. Une

dizaine de projets pilotes dans le domaine de l’aviculture de production seront

financés.

Le projet finance l’achat du matériel d’aviculture, l’achat des éleveuses et

couveuses pour volaille, l’achat des laveuses à œufs pour élevage de volailles, la

construction des poulaillers, la sécurisation des terres agricoles pour l’aviculture, la

production alimentaire endogène pour la volaille, l’abreuvement des poulets, le suivi

sanitaire (nettoyage régulier de la ferme, désinfection, vaccination), la mise à la norme

de qualité ISO 9001, la création de labels camerounais dans le domaine de

l’aviculture, le renforcement des capacités de l’ensemble du personnel de l’entreprise,

etc. L’appel recherche des entrepreneurs de la diaspora qui seront des investisseurs

pionniers pour la mise en place d’une aviculture moderne, pour l’émergence du

Cameroun à l’horizon 2035.

Priorité 3 : le développement d’activités entrepreneuriales entre les

jeunes de la diaspora camerounaise et leurs pairs locaux dans la filière

halieutique.

Au regard du faible volume des captures, de la déficience de l’outil de

production, du sous-équipement des pêcheurs locaux, et d’un marché de

commercialisation mal structuré, la pêche maritime au Cameroun au stade actuel

apparaît comme une activité peu développée, aussi bien dans le domaine industrielle

qu’artisanal. Ces faibles performances montrent que l’activité halieutique au

Cameroun ne repose principalement pas sur une bonne connaissance des ressources,

une préservation de celles-ci, une bonne infrastructure et une main-d’œuvre stable.

L’économie camerounaise de la pêche est désorganisée, informelle, mal structurée,

sans vision claire notamment en termes de création de jeunes entreprises

camerounaises dans ce secteur. En outre, il est important que la politique

camerounaise des pêches puisse s’inscrire dans une perspective de développement

durable, fondée sur une bonne connaissance du potentiel exploitable, une

préservation des ressources et l’existence d’un bon capital humain de pêcheurs.

L’appel à subventions finance les projets d’entreprises dans le domaine de la

production, la conservation et la commercialisation du poisson au Cameroun.

Priorité 4 : le développement d’activités entrepreneuriales entre les

jeunes de la diaspora camerounaise et leurs pairs locaux dans la filière laitière

et ses dérivés.

La production laitière au Cameroun est très faible, ceci pour plusieurs raisons.

Les races bovines locales présentent d’assez bonnes aptitudes bouchères. Par contre,

les performances de la production laitière restent très limitées. La production totale a

été estimée à 189 300 mille tonnes toutes espèces confondues en 2005, contre 183

mille tonnes en 1996, soit un accroissement de 3,16 % en dix ans (FAOSTAT).

Toutefois, ces dernières années, la production moyenne s’est stabilisée à 125 000

tonnes. Cette faible performance s’explique par :(i) Le faible potentiel génétique de

ces races (1 à 3 l de lait/jour, voire moins durant la période sèche, soit de l’ordre de

450l/lactation contre par exemple 40 à 50 litres/jour pour les vaches Holstein en

Europe) ; (ii) La concurrence entre la consommation humaine et l’alimentation des

veaux (prélèvement du veau estimé à 50%) ; (iii) Le faible intérêt des éleveurs pour la

production et la commercialisation du lait ; (iv) Le mode d’alimentation des animaux

qui n’utilise encore que faiblement les compléments et les fourrages. La production

traditionnelle constitue l'essentiel de la production nationale, elle est très difficile à

évaluer d’autant que le cheptel est lui-même difficile à estimer. La production

moderne représenterait moins de 2 % de la production nationale avec 2000 tonnes

par an. Il est ici question d’accompagner les jeunes de la diaspora qui souhaitent

développer des activités entrepreneuriales dans la filière laitière.

Priorité 5 : le développement d’activités entrepreneuriales entre les

jeunes de la diaspora camerounaise et leurs pairs locaux dans la filière

énergies renouvelables.

Avec une demande d’électricité en pleine croissance, le gouvernement

camerounais est bien conscient qu’il ne pourra atteindre son émergence en 2035 sans

son autonomie énergétique. En outre, il faut que le pays s’arrime aux engagements

planétaires en vue de lutter contre le changement climatique. Il y a donc besoin et

urgence d’encourager l’entreprenariat dans la filière énergies renouvelables. Les jeunes

entrepreneurs de la filière énergies renouvelables issus de la diaspora sont alors

sollicités pour mettre en place avec les jeunes restés au pays, des activités productives

dans le domaine de la promotion des énergies renouvelables.

Priorité 6 : le développement d’activités entrepreneuriales entre les

jeunes de la diaspora camerounaise et leurs pairs locaux dans la filière de

l’industrie du meuble et des produits de bois ouvré.

Le Cameroun ne dispose pas encore d’une industrie du meuble et des produits en

bois ouvré. L’industrie camerounaise du meuble et des produits de bois ouvré (portes

et fenêtres, armoires de cuisine, objets décoratifs en bois, etc.) et des produits

d'ameublement (matelas, stores, etc.) n’existe pas encore véritablement. Bien que

disposant du bois, on constate aussi que les importations des meubles restent très

importantes au Cameroun. La production actuelle reste artisanale et informelle. Dans

le cadre de l’émergence, il faut structurer et organiser ce secteur d’activités en

mobilisant les jeunes de la diaspora. Il est ici question d’encourager les jeunes de la

diaspora et ceux qui sont au pays pour la création des PME de production semiindustrielle et industrielle des meubles et produits de bois ouvré au Cameroun. Les

projets à financer doivent concerner les meubles résidentiels (mobilier de chambres à

coucher, mobilier de salle à manger, mobilier de cuisine, mobilier de salon, meubles

pour appareils audiovidéo, bibliothèques et étagères, etc.), les meubles commerciaux

et de bureau (ameublement pour hôtels, ameublement pour restaurants, meubles

pour salles d'attente, meubles pour bureaux d'affaires, meubles pour institutions

scolaires, mobilier pour magasins, etc.), l’industrie des portes et fenêtres, l’industrie

des armoires : les armoires, les comptoirs et les placards de cuisine, les armoires et les

coiffeuses de salle de bain, les étagères pour maisons et commerces, les menuiseries

préfabriquées et les boiseries artisanales (sauf celles de l'ameublement). Les projets

peuvent aussi inclure les fabricants de plancher en bois dur ou en bois mou, les

clôtures préfabriquées, les petits bâtiments préfabriqués (tels que les cabanons), les

chevalets, les armatures de bois, les objets divers ornementaux, etc. il est question par

le biais de cet appel, de faire la promotion auprès des jeunes, des différentes carrières

possibles directement reliées à l'industrie du meuble et du bois ouvré tel que la

production en série : Assembleur-ajusteur de composantes de meubles, Classificateur

de bois, Coloriste (meubles, armoires de cuisine), Conducteur de séchoir à bois,

Couturier de meubles, Ébéniste industriel, Finisseur de meubles en usine, Garnisseur

d'éléments de meubles, Garnisseur de sièges de véhicules, Matelassier. Menuisier

industriel, Modeleur sur bois, Monteur de portes et fenêtres en usine, Tailleur de

tissu, Dessinateur-concepteur de meubles, Concepteur de meubles, Technicien

programmeur de machines à commande numérique, etc.

Priorité 7 : le développement d’activités entrepreneuriales entre les

jeunes de la diaspora camerounaise et leurs pairs locaux dans la filière

économie numérique.

L’économie numérique est désormais au centre des actions du

développement. Le Cameroun cherche à développement une économie numérique

qui vise aussi à rendre les villes intelligentes. A cet effet, une synergie entre les jeunes

de la diaspora et ceux qui sont au pays pour développer ensemble des produits et

services numériques qui améliorent les conditions de vie des populations, l’accès aux

services publics est encouragé. Il en est de même pour les produits et services qui

visent à rendre les villes camerounaises plus intelligentes.

Priorité 8 : le développement d’activités entrepreneuriales entre les

jeunes de la diaspora camerounaise et leurs pairs locaux dans la filière santé

de proximité

De nombreux jeunes de la diaspora camerounaise sont des médecins qui

exercent hors de leurs pays d’origine. Pour espérer devenir un pays émergent à

l’horizon 2035, le Cameroun doit investir dans son système de santé. Il lui faut mettre

en place une santé de proximité qui remplit des missions larges, au-delà de la seule

prise en charge des malades. Il faut créer des conditions afin que les jeunes médecins

issus de la diaspora camerounaise apportent leur expertise dans la mise en place d’un

système de santé de proximité. Il sera financé les projets qui concernent l’installation

en libéral mais en groupe de médecins dans des structures qui offrent le confort tant

sur le plan humain que matériel. Il s’agit d’encourager la mise en place des maisons de

santé où le travail des médecins se fait en collaboration, en groupe. Les projets

peuvent aussi concerner la télémédecine, la recherche appliquée avec les

tradipraticiens pour la production des médicaments. Le projet encourage le

groupement des médecins pour mettre en commun leurs compétences, se partager les

charges de fonctionnement, disposer des structures qui répondent aux normes

internationales en matière de qualité du service.

Priorité 9 : le développement d’activités entrepreneuriales entre les

jeunes de la diaspora camerounaise et leurs pairs locaux dans la filière

production et vente des machines industrielles tout comme la maintenance de

la machinerie.

Pour atteindre son émergence, le Cameroun a besoin de disposer d’une

variété d’entreprises locales liées à l’industrie qui proposent leur savoir-faire pour

trouver des solutions techniques adaptées concernant la production et la maintenance

locale des machines pour les entreprises camerounaises. L’appel finance des projets

d’entreprises de mécanique générale spécialisées dans la conception, la fabrication, la

vente, la location, la réparation et l’entretien de matériel industriel, moteurs et

équipements professionnels dans tous les secteurs clés du développement.

Priorité 10 le développement d’activités entrepreneuriales entre les

jeunes de la diaspora camerounaise et leurs pairs locaux dans la filière de

l’entretien automobile.

Les métiers de mécanicien automobile sont très mal exercés dans les villes

camerounaises. En plus du fait que la formation aux métiers de mécanicien

automobile pour effectuer les réparations, révisions, contrôles périodiques de

véhicules automobiles n’est pas bien structurée, on constate que ces métiers

s’effectuent pour la plupart dans l’informel, en marge des normes d’urbanisme. Il est

question ici d’accompagner les jeunes travaillant dans ce secteur à travailler avec les

jeunes de la diaspora qui ont une expertise dans le domaine pour améliorer les

conditions de travail et avoir des garages automobiles de référence. Le projet finance

l’installation des garages automobiles qui respectent les normes de qualité et

environnementales.

Priorité 11 : le développement d’activités entrepreneuriales entre les

jeunes de la diaspora camerounaise et leurs pairs locaux dans la filière de

l’économie circulaire.

L’économie circulaire est aujourd’hui au centre des préoccupations de

l’économie mondiale et du développement durable. Face aux dérèglements

climatiques, il y a urgence d’adopter des politiques publiques qui encouragent

l’adaptation au changement climatique. Dans le contexte camerounais, le ministère de

la jeunesse est bien conscient de la contribution que les jeunes peuvent apporter pour

favoriser la transition écologique du Cameroun. Plusieurs jeunes de la diaspora

camerounaise sont impliqués dans des actions qui concernent l’économie circulaire.

Leur contribution pour rendre les villes camerounaises plus salubres et impulser une

industrie locale dans le domaine de la valorisation des déchets est à encourager.

L’appel entend à cet effet financer les microprojets des jeunes de la diaspora en

partenariat d’affaire avec les jeunes au Cameroun dans le domaine de la valorisation

des déchets solides par réemploi, réutilisation et recyclage.

Priorité 12 : le développement d’activités entrepreneuriales entre les

jeunes de la diaspora camerounaise et leurs pairs locaux dans la filière du

BTP.

Le Cameroun connait un processus d’urbanisation rapide et anarchique qu’il

faut impérativement corriger. Avec une croissance démographique élevée, sa

population qui devrait atteindre 48 millions en 2050, le Cameroun doit garantir à sa

jeunesse les conditions meilleures de vie aussi bien dans les villes que dans les

campagnes. Il y a une urgence d’améliorer le tissu entrepreneurial dans le domaine du

BTP en impliquant de manière significative les jeunes talents de la diaspora dans ce

domaine. Leur contribution est sollicitée dans tous les domaines du BTP. Il faut de

toute urgence améliorer la qualité du bâtiment et, plus généralement, l’urbanisation

des villes camerounaises. Les jeunes de la diaspora ont une solide expérience de vie

pour mieux apprécier et proposer des solutions novatrices dans l’urbanisme des villes

camerounaises et dans le domaine spécifique de la construction des logements

décents qui se situent aujourd’hui au cœur des enjeux économiques, sociaux et

environnementaux du Cameroun. L’appel compte financer des microprojets

d’entreprises de BTP qui s’orientent vers l’écoconstruction avec la promotion des

logements à bas impact carbone, l’utilisation des matériaux locaux dans la

construction, l’industrialisation dans la production des matériaux locaux de

construction.

Priorité 13 : le développement d’activités entrepreneuriales entre les

jeunes de la diaspora camerounaise et leurs pairs locaux dans la filière textile.

L’industrie textile peine à décoller au Cameroun. La production textile est

restée artisanale et les facteurs actuels de production dans le domaine textile ne

permettent pas de jeter les bases qui impulsent une industrialisation de ce secteur.

Pourtant, le Cameroun dispose d’un potentiel humain et des ressources naturelles

pour le développement d’une industrie textile. L’appel finance des projets de

regroupement des tailleurs en coopératives, PME finalisées à une production semiindustrielle ou industrielle.

Priorité 14 : le développement d’activités entrepreneuriales entre les

jeunes de la diaspora camerounaise et leurs pairs locaux dans la filière de

l’innovation technologique, et tout autre domaine jugé pertinent pour

l’émergence du Cameroun à l’horizon 2035.

L’appel finance également des projets qui concernent d’autres secteurs

d’activités qui n’ont pas été mis en évidence dans cet appel, mais restent stratégiques,

et prioritaires pour le développement durable du Cameroun. Ainsi, toute entreprise

porteuse d’idées innovantes, peut soumettre son projet dans la priorité 14 pour

espérer avoir un financement.

1.3 Montant de l’enveloppe financière mise à disposition par l’administration

contractante

Le montant indicatif global mis à disposition au titre du présent appel à

propositions s'élève à trois milliards (3.000.000.000) de FCFA pour sa phase pilote et

prélevé des fonds alloués au Plan Triennal Spécial-Jeune. Pour cette phase expérimentale,

on compte financer une centaine de projets pilotes.

Tout financement sollicité dans le cadre du présent appel à propositions ne devrait pas être

supérieur à cinquante millions (50 000 000) de FCFA :

- Pourcentage minimum : 50 % du total des coûts éligibles de l'action.

- Pourcentage maximum : 90 % du total des coûts éligibles de l'action.

- Le solde ou cofinancement (c'est-à-dire la différence entre le coût total du projet et

le montant demandé à l'administration contractante) doit être financé par des

sources autres que le budget de DIALYJ. Le cofinancement doit être prouvé par

des dépenses donnant lieu à facturation qui concernent par exemple les biens

meubles et immeubles, les machines, les travaux d’aménagement réalisés sur le

site, les capitaux propres, les dépenses de crédit-bail, les prestations externes telles

frais de travaux de conception et les études, - les frais de conseil, expertise

technique, juridique, comptable, financière, - les dépenses de location, - les autres

dépenses de sous-traitance conformes aux règles d’éligibilité.

L’administration contractante se réserve le droit de ne pas financer la totalité du montant

sollicité. Toutefois, les promoteurs se doivent d’ajuster leur projet au montant du financement

octroyé.

2. REGLES APPLICABLES AU PRESENT APPEL A PROPOSITION

Les présentes lignes directrices définissent les règles de soumission, de sélection et de mise en œuvre des

actions financées dans le cadre du présent appel à propositions.

2.1 Critères d’éligibilité

Il existe plusieurs séries de critères d’éligibilité qui concernent respectivement les

acteurs, les actions et le coût.

2.1.1 Eligibilité des acteurs

• le demandeur chef de file (jeune de la diaspora ou jeune entrepreneur résidant au

Cameroun), c’est-à-dire l'entité qui soumet le formulaire de demande,

• le codemandeur ; (jeune de la diaspora ou jeune entrepreneur résidant au Cameroun)

• le ou les partenaires associés (facultatifs) qui peuvent être une Collectivité Territoriale

Décentralisée, les acteurs non étatiques tels les entreprises, les associations, les

fondations, les communautés autochtones villageoises, etc.

NB : Les codemandeurs doivent être pour l’un, résidant dans la diaspora, et pour

l’autre, résidant au Cameroun.

Tout consortium peut avoir au maximum deux codemandeurs et deux partenaires associés.

Le demandeur chef de file tout comme le codemandeur est :

• des jeunes issus de la diaspora Camerounaise, âgés de 21 à 35 ans, désirant

entreprendre au Cameroun avec leurs pairs locaux ;

des jeunes entrepreneurs camerounais exerçant au Cameroun âgés de 21 à 35 ans,

désirant entreprendre avec leurs pairs de la diaspora.

Pour prétendre à un financement, le demandeur et ses codemandeurs peuvent être :

- une personne morale ou physique ;

- appartenir à l’une des catégories d’organisations suivante : Etablissement,

PME/PMI, TPE, incubateurs d’entreprises, Cluster, institutions

universitaires, Groupement d’Initiatives communes de jeunes.

NB : Le codemandeur tout comme le chef de file participe également à la gestion et à la

réalisation des activités du projet. Il est à préciser ici que les règles applicables au demandeur

sont les mêmes pour le codemandeur.

Chaque demandeur et codemandeur ne peut adhérer qu’à un seul projet.

2.1.2 Eligibilité des actions

Les actions susceptibles de bénéficier d’un financement concernent les priorités de l’Appel à

Propositions. Les principales dépenses finançables sont les suivantes : activités de

renforcement des capacités, les frais de personnel, amortissement du matériel pour les

investissements engagés pour le projet, dépenses liées à la propriété intellectuelle,

l'homologation, le design, l'acquisition de technologie, location des structures, prestations de

services, achats de matières et fournitures , locations, entretiens et réparations, assurances,

documentation, rémunérations intermédiaires et honoraires, publicité, publication,

affranchissement, déplacements, location, normes ISO.

Pour être éligibles, les propositions de projet doivent impliquer au moins deux partenaires

(physique et/ou moral) et l’un doit agir en tant que demandeur ou chef de file et l’autre en

tant que codemandeur.

Le Demandeur ou chef de file doit être responsable direct de la gestion, la mise en œuvre et

la coordination des activités à travers son implication qu’on peut évaluer à la majorité relative

des apports personnels des promoteurs dans la coentreprise. Il a également la charge de

soumettre le formulaire de demande.

2.1.3 Eligibilité des coûts

Seuls les coûts éligibles seront couverts par le financement. Il est à noter que les coûts

éligibles sont les dépenses réellement encourues par les promoteurs du projet. Ils répondent

aux critères suivants :

• Ils sont encourus pendant la durée du projet ;

• Ils sont indiqués dans le budget prévisionnel global du projet ;

• Ils sont identifiables et vérifiables.

Les coûts éligibles sont des dépenses directes qui répondent aux conditions d’éligibilité

exposées ci-dessus. De manière spécifique, ces dépenses sont directement liées à la mise en

œuvre du projet.

Le budget peut inclure une réserve pour imprévus ne dépassant pas 5 % des coûts directs

éligibles estimés. Celle-ci ne peut être utilisée qu’avec l'autorisation écrite préalable de

l'administration contractante.

2.1.4 Les dépenses non éligibles

Les dépenses suivantes ne sont pas éligibles :

• Remboursement de crédit et des charges liées à ces crédits ;

• Les provisions pour pertes ;

• Les achats de terrains ou d’immeubles,

• Crédits à des tiers ;

• L’achat des voitures ;

• Etc.

2.1.5 les projets non éligibles

Les projets suivants ne sont pas éligibles pour le financement : Projets à caractères

religieux ou politique ; Projets liés au sponsoring ; Projets attribuant des bourses ou

finançant essentiellement des cours de formation ;

2.2 Coûts

Au-delà du montant du financement, les budgets présentés peuvent comporter des coûts directs éligibles

suivants :

a) les coûts directs de personnel impliqués dans l’exécution du projet entrepreneurial,

b) les frais de déplacement liés à la réalisation du micro-projet,

c) les équipements et consommables

d) la protection de la propriété intellectuelle,

e) le transfert et la diffusion des connaissances,

f) les coûts de Marketing,

g) les coûts de visibilité et de communication,

h) les autres coûts de fonctionnement directs.

2.3 Temps nécessaire pour la réalisation du projet

La durée minimale du projet : 18 mois

Durée maximale du projet : 36 mois.

2.4 Critères particuliers à prendre en compte

Un accent sera mis sur les projets prenant en compte les critères particuliers suivants :

Promotion du genre et du handicap ; Promotion des savoirs faire endogènes ; Promotion des

minorités ethniques ; Promotion du brassage ethnique, linguistique et culturel.

La priorité sera donnée aux projets se réalisant dans des villes camerounaises qui ont un

retard de développement économique important. Les porteurs de projets sont invités à

orienter leurs projets vers les territoires camerounais les plus défavorisés.

2.5 Formulaire de demande

La demande de candidature est un formulaire de note succincte qu’il faut remplir pour la

première étape de sélection. Les projets présélectionnés vont par la suite déposer un

formulaire complet de demande qui comprend la Partie A : le formulaire de demande, la

partie B : le budget et la partie C : le cadre logique. La demande complète ne doit pas être

morcelée en plusieurs fichiers. Aucune annexe supplémentaire ne doit être envoyée.

Aucune annexe supplémentaire ne doit être envoyée.

Des éclaircissements ne seront demandés que lorsque les informations fournies ne sont pas

claires et empêchent donc l'administration contractante de réaliser une évaluation objective.

Les demandes manuscrites ne seront pas acceptées.

2.6 Procédure de soumission de la demande

Les demandes doivent être soumises exclusivement en ligne au plus tard le 22 novembre

2021 à 23h59 GMT.

La proposition doit être rédigée en français ou en anglais.

Les informations sur l’Appel à Propositions sont disponibles sur les sites internet du PARIJEDI, de l’ONJ et du MINJEC aux adresses respectives ci-après : www.parijedi.org ,

www.onjcameroun.cm, www.minjec.gov.cm

Le formulaire de note conceptuelle est disponible sur la plateforme digitale de « DIALYJ » à

l’adresse www.dialyj.cm Par ailleurs, ladite plateforme permet la mise en relation entre les

jeunes de la diaspora et leurs pairs locaux.

En cas de difficultés lors du remplissage du formulaire de la note conceptuelle en ligne,

contacter le secrétariat technique du PARI-JEDI à l’adresse électronique

parijedi.cm@gmail.com ou au numéro de téléphone (237) 222 20 47 22.

NB : Tout projet soumis après la date limite sera automatiquement rejeté.

2.7 Autres renseignements sur les demandes

Deux séances d’information relatives au présent appel à propositions seront organisées en

ligne. Le lien de la réunion sera partagé sur le site internet du PARI JEDI.

L'administration contractante produira après les séances d’information, un rapport qui sera

mis en ligne. Ce rapport va répondre à toutes les préoccupations des participants aux deux

webinaires.

Afin de garantir l'égalité de traitement des demandeurs, l'administration contractante ne peut

pas donner d’avis préalable sur l’éligibilité des demandeurs chefs de file, des codemandeurs,

d’une action ou d'activités spécifiques.

Veuillez noter que l’administration contractante peut décider d’annuler la procédure d’Appel

à Propositions à tout moment, conformément aux conditions bien spécifiques qui

concernent le Cameroun

2.8 Critères d’évaluation des candidatures

Les principaux critères qui seront utilisés pour évaluer la candidature sont les suivants :

2.9 Calendrier de l’appel à proposition

Activités Dates

Lancement de l’Appel à Propositions 07 octobre 2021

Premier webinaire d’information – Instructions concrètes

relatives à la préparation des propositions – Participation

facultative.

15 octobre 2021 à

10h GMT+1

Deuxième webinaire d’information : Instructions concrètes

relatives à la préparation des propositions – Participation

facultative.

25 octobre 2021 à

11h GMT+1

Etape 1 : Date limite de soumission de la Note

conceptuelle en ligne via la plate-forme de l’initiative

« DIALYJ »

22 novembre 2021 à

23h59 GMT+1

Réunion du comité d’experts d’évaluation et de sélection

des soumissions

10 décembre 2021

Publication des résultats de la pré-sélection 28 décembre 2021

Etape 2 : Date limite de soumission de la candidature

complète en ligne via la plate-forme DIALYJ

15 février 2022

Réunion du comité d’experts d’évaluation des candidatures 15 mars 2022

Publication des résultats des projets sélectionnés 15 avril 2022

Signature des accords de subvention Fin avril 2022

Cérémonie de lancement officiel des projets mai 2022

Réunion de lancement de l’exécution des projets mai 2022

Démarrage de la mise en œuvre des projets mai 2022

N° Critères Points

1 Pertinence de la proposition (robustesse et originalité) 10

2 Faisabilité de la proposition (méthodologie de mise en œuvre,

chronogramme et mécanismes de suivi-évaluation)

10

3 Création des emplois à court, moyen et long termes 10

4 Alignement de la proposition à la SND 30 10

5 Durabilité et Pérennisation de la proposition 15

6 Savoirs endogènes mobilisés 5

7 Initiative se réalisant dans un territoire défavorisé 10


Alertes SMS / WhatsApp | Modèles Gratuits : CVs et Lettres | CV Premium | FAQs | Forums Emplois |



Envie de vite décrocher un emploi ? Donnez une touche professionnelle à votre CV
Confiez la Réécriture de votre CV à MinaJobs et démarquez vous des autres  – Cliquez ICI

Gagner Argent en ligne au Cameroun avec 1xbet paris sportifs, casino
Aimez, Partagez et laissez un message en commentaire dans le formulaire de discussion ci dessous.